En tant que dirigeant, CEO ou RSSI, la question de la cybersécurité de l’entreprise est centrale. Or qui dit cybersécurité dit lutte contre les cybermenaces et les cyberattaques qui peuvent viser votre société.

Quelles sont ces cyberattaques qui peuvent viser votre société et vos systèmes ? Comment protéger vos données ? Comment réagir ?
Nous vous livrons les clés pour bien anticiper ces phénomènes avant qu’ils ne surviennent. Il est essentiel d’assurer votre protection en amont mais également d’être capable de bien réagir en cas d’attaque subie par vos systèmes.

Quelles cyberattaques peuvent menacer ma société ?

Le terme cyberattaque recouvre des réalités très diverses et les différentes menaces qui peuvent peser sur votre société peuvent être très variées. Il n’est pas possible de recenser l’intégralité des attaques qui peuvent vous viser. Néanmoins, voici les principaux types de cybermenaces  qui peuvent mettre en péril l’intégrité de vos systèmes.

Virus, programmes espions, programmes pirates

Ces programmes sont installés sur un des ordinateurs ou des composantes de votre système d’informations. Le but de ces programmes peut être varié mais il s’agit le plus souvent de récolter des informations sur les utilisateurs, clients ou salariés de l’entreprise. Il peut également s’agir de récupérer de la donnée PI, sur une innovation brevetée ou non de votre société.

Phishing

Les cyberattaques ayant recours au phishing sont très connues mais peuvent malheureusement demeurer très efficaces. Le plus souvent, elles reposent sur une erreur humaine en envoyant un message à un des collaborateurs de la société en se faisant passer pour un tiers de confiance (autre salarié, banque, outil ou service utilisé fréquemment…). En réalité, le but est alors d’opérer un vol de données qui permettra éventuellement aux attaquants de pouvoir par la suite usurper l’identité du collaborateur ciblé pour s’introduire dans le réseau et récupérer d’autres informations critiques.

DOS (Denial of Service)

Une cyberattaque de type DOS consiste à envoyer des millions de requêtes sur un serveur donné pour le submerger et le neutraliser. Concrètement, les attaquants utilisent généralement des logiciels “zombie” placés sur les ordinateurs de tiers qui vont servir, à l’insu des personnes utilisées pour conduire l’attaque, à envoyer les requêtes. Le but de l’opération n’est pas de récupérer des informations ou des données mais plus simplement de bloquer un site ou un service pour le rendre inopérant le temps que l’attaque soit neutralisée.

Ransomware

Là encore, cette cyberattaque peut entraîner une fuite de données. L'idée est demander une rançon contre des données appartenant à une société. Deux cas de figure sont possibles. Dans le premier, l'attaquant demande une rançon contre laquelle il rendra au propriétaire l'accès à la donnée volée. En pratique, il aura chiffré cette donnée pour la rendre inaccessible à son propriétaire, et échange donc une rançon contre la clé de chiffrement permettant de lire à nouveau le contenu. L'autre cas de figure consiste à menacer de diffuser une donnée compromettante et de promettre de ne pas le faire en échange d'un rançon.

Il existe bien évidemment d’autres types de menaces et les évolutions du secteur sont constantes. Cependant, ces attaques sont parmi les plus fréquentes. Désormais, comment lutter contre ces cyberattaques ?

Comment lutter contre les cyberattaques ?

Les cyberattaques ne peuvent être totalement évitées, et le risque zéro n’existe pas. Les techniques des cybercriminels évoluent constamment. On peut tout de même mettre en lumière deux grands chantiers à mettre en place pour assurer une meilleure sécurité de votre réseau.

Limiter au maximum les erreurs humaines

Un grand nombre de cyberattaques reposent en réalité sur une erreur humaine. Concrètement, il s’agit d’un collaborateur qui utilise son ordinateur professionnel pour télécharger un logiciel ou un fichier qui s’avère malveillant, ou bien qui répond à un mail de phishing et met sans le vouloir en péril toute la sécurité des données de l’entreprise.

Pour éviter ce genre de scénario, la meilleure solution reste la sensibilisation des employés. Un des rôles du RSSI est de former les collaborateurs qui ne sont pas forcément sensibilisés à ces questions de cybersécurité pour éviter des erreurs humaines. Bien compartimenter les activités, c’est-à-dire n’utiliser les ressources professionnelles que pour utiliser des outils approuvés et vérifiés, ou encore toujours vérifier l’expéditeur des emails reçus font partie des bonnes pratiques à adopter à tous les échelons de la société.

Des solutions de sécurité pour vous aider

Des solutions techniques peuvent vous aider à vous protéger contre les cyberattaques. Concrètement, ces solutions, comme Seald, offrent un certain nombre de services qui assurent la sécurité de vos données. Il peut s’agir notamment de vous assister dans votre gestion électronique des documents. Ce volet désigne le stockage, la protection et la gestion des accès aux données de l’entreprise.

Concrètement, adopter des pratiques de chiffrement systématique des données de l’entreprise peut éviter de les rendre utilisables en cas de fuite de données. Les fichiers ainsi chiffrés ne sont lisibles que pour un utilisateur autorisé et en possession de la clé de chiffrement adaptée. Ainsi, en cas de fuite ou de vol de données, vos documents restent inutilisables par le cyberattaquant.

Une facette complémentaire de ce chiffrement est le contrôle d’accès aux données. Vous pouvez déterminer qui dans l’entreprise à accès à quelles informations en gérant le partage des clés de chiffrement. Ainsi, vous limitez la circulation des données dans l’entreprise et donc le risque de fuite. Vous évitez aussi l’accès à ces données par un tiers non autorisé et potentiellement malveillant.

Si le risque zéro n’existe pas quand il s’agit de cyberattaques, de bonnes pratiques de sécurité et “d’hygiène” informatique peuvent être adoptées par tous les membres de l’entreprise. Des outils comme Seald peuvent vous y aider et renforcer la sécurité de vos réseaux.

Better Seald than Sorry.

Essayez Seald avec votre équipe.